Route-et-trottoirs-final.pdfLe groupe de travail :

Le groupe de travail de l’atelier « routes et trottoirs » à l’initiative de l’Association Songeons Ensemble est constitué d’élus, de membres de l’association Songeons Ensemble et de riverains : Mme CAILLEUX Murielle, Mme CHAUMEIL Sophie, , Mme DESHAYES Isabelle, Mme GAMICHON Cathy, Mme HAMONIER Pascaline, Mr JOY Richard, Mr CUYER Sylvain, Mr LARROQUE Christophe et Mr LEVEL Maurice.

Il a pour objectifs d’analyser les différents problèmes rencontrés par les habitants de la commune de Songeons et d’essayer de trouver des pistes d’aménagement, d’écouter les propositions des riverains et d’envisager des solutions permettant de répondre au mieux aux attentes générales.

La méthodologie suivie :

Après avoir établi les « rues cibles » de manière collective, le groupe de travail est allé à la rencontre des riverains de la rue (3 personnes par rendez-vous).  Deux rendez-vous différents ont été proposés par rue de manière à s’adapter aux disponibilités des riverains :

  • Le lundi entre 17h et 19h,
  • Le samedi entre 10h et 12h.

Un boîtage de la rue a été effectué préalablement à ces rendez-vous afin d’en informer les riverains.

Les propos des riverains sur leur quotidien concernant leur rue ont été simplement recueillis avec les propositions qui leur paraissaient judicieuses.

Suite à ces rencontres, le groupe de travail s’est réuni pour une mise en commun et la rédaction d’un résumé de ces retours.

Après analyse de la situation, le groupe de travail propose une synthèse des pistes d’améliorations envisageables en tenant compte de l’ensemble des usagers (piétons, voitures, tracteurs…), des possibilités de réalisation et des contraintes budgétaires.

Les rues choisies sont donc en priorité :

  • Rue du Maréchal de Boufflers,
  • Rue Crignon Fleury,
  • Route de Dieppe,
  • Centre-bourg (place de la halle).

La rue du maréchal de Boufflers et la route de Dieppe régulièrement citées (y compris en conseil municipal) comme présentant des problèmes de sécurité et doivent bénéficier, par ailleurs, d’aménagements.

Rue du Maréchal De Boufflers

Les constats des riverains :

De façon unanime, les riverains rencontrés témoignent d’une vitesse jugée excessive dans les deux sens de circulation et des trottoirs trop étroits.

Certains avancent aussi :

  • un manque de passages piétons,
  • un manque de signalisation entrainant une mauvaise compréhension des règles en vigueur concernant le stationnement (manque de panneau, marquage au sol effacé…),
  • des incivilités avec du stationnement anarchique.

Ces problèmes récurrents créént même des tensions de voisinage dont beaucoup pensent qu’elles pourraient être résolues par de simples aménagements.

Les propositions des riverains :

  • la mise en place d’un feu tricolore,
  • l’installation d’un radar fixe,
  • la création et matérialisation d’espaces de stationnement,
  • la mise en place de chicanes,
  • la modification de la signalisation,
  • l’installation d’un mini rond-point,
  • l’installation au sol de coussins berlinois (carrés caoutchouc plats rouges).

Synthèse du groupe de travail

Les vues dégagées de la rue sont propices aux vitesses excessives.

La configuration ancienne du bâti du bourg entraine des trottoirs étroits.

Des stationnements effectués de façon anarchique accentuent les difficultés du cheminement piéton déjà présentes.

Après réflexion commune, et afin d’en faire la synthèse, une des solutions avancées et peu coûteuse permettant de répondre aux préoccupations de la vitesse, du stationnement et du passage des piétons, consisterait en la création d’espaces de stationnement. Formant naturellement des chicanes « allongées », ces aménagements permettraient ainsi une baisse de la vitesse par des passages uniques.

De ce fait, les piétons pourraient ainsi disposer d’un cheminement de circulation signalisé allant d’un trottoir à l’autre. L’ajout de passages piétons suffirait à sécuriser leur déplacement utilisant le coté le plus large et praticable déjà existant.

Une amélioration générale de la signalisation serait aussi à envisager.

Il serait aussi envisageable de positionner un « Stop » au niveau de l’entrée du bourg (avant l’entrée de la propriété de Mr et Mme LEMEMBRE) permettant ainsi de stopper la vitesse dès l’entrée du village.

Un « stop » à la sortie pourrait aussi permettre aux véhicules sortants de la « Rue du château » de retourner dans le centre-ville.

Une étude sur le devenir de la maison située au 46, rue du Maréchal de Boufflers devra être faite au regard de sa position très avancée sur la rue.

Rue Crignon Fleury

Le constat des riverains :

De façon unanime, les riverains rencontrés témoignent d’une vitesse jugée excessive dans les deux sens de circulation et des trottoirs trop étroits.

Certains avancent aussi :

  • un manque de passages piétons,
  • un manque de signalisation entrainant une mauvaise compréhension des règles en vigueur concernant le stationnement (manque de panneaux, marquages au sol effacés…),
  • des incivilités avec du stationnement anarchique,
  • un manque d’éclairage.

Ces problèmes récurrents créés, là encore, des tensions entre voisins. Beaucoup pensent qu’elles pourraient être résolues par de simples aménagements.

Les propositions des riverains :

  • le passage à sens unique,
  • la création de nouveaux passages piétons,
  • la mise en place de feux tricolores,
  • l’installation d’un radar fixe,
  • la création et matérialisation d’espaces de stationnement,
  • la mise en place de chicanes,
  • la modification de la signalisation.

Synthèse du groupe de travail

La rue en ligne droite, la grande visibilité favorisent des comportements routiers à la vitesse excessive.

La configuration du bâti confère des trottoirs étroits. Des stationnements matérialisés sur ces trottoirs ou effectués de façon anarchique accentuent les difficultés du cheminement piéton déjà présentes.

Après réflexion commune, une des solutions avancées et peu coûteuse permettant de répondre aux préoccupations de la vitesse, du stationnement et du passage des piétons consisterait en la création de 3 à 4 espaces de stationnement (de 2 à 3 places chacun).

Formant naturellement des chicanes très espacées , ces aménagements permettraient ainsi une baisse de la vitesse sans pour autant gêner de façon excessive la conduite automobile. De ce fait, les piétons pourraient ainsi disposer d’un cheminement de circulation signalisé allant d’un trottoir à l’autre. L’ajout de passages piétons suffirait à sécuriser leur déplacement utilisant le coté le plus large et praticable déjà existant.

Une amélioration générale de la signalisation serait aussi à prévoir.

Enfin, en vue d’une harmonisation des entrées du bourg, il serait envisageable de positionner un « Stop » au niveau du calvaire pour les véhicules arrivant de Riffin et entrant dans Songeons. Des règles communes aux rues seraient ainsi respectées en exerçant une cassure de la vitesse.

Le centre bourg

Le constat des riverains :

De façon unanime, les riverains témoignent de problèmes rencontrés par des stationnements non appropriés, voir anarchiques.

Certains avancent aussi :

  • une circulation excessive de camions,
  • un manque de signalisation,
  • des incivilités avec du stationnement anarchique,
  • un manque d’éclairage,
  • un manque de valorisation du patrimoine et du centre bourg.

Les propositions des riverains :

  • le passage à sens unique de certaines voies,
  • un centre Bourg entièrement piéton,
  • la création et/ou matérialisation de places de stationnements,
  • l’installation d’un radar fixe,
  • un aménagement et une signalisation adaptés à une zone 30 identifiée.

Synthèse du groupe de travail

Le centre bourg constitue le point de rencontre principal de l’ensemble du village (piétons, voitures, camions etc …)

Zone commerciale du village, le centre nécessite un aménagement propice aux déplacements, aux stationnements, et à la valorisation du commerce et du patrimoine.

Pour ce faire, il faudrait :

  • Empêcher le stationnement à certaines zones gênant la visibilité par des aménagements décoratifs,
  • Supprimer certaines places de stationnements situées devant les devantures des magasins et / ou de la halle afin de favoriser la mise en valeur des vitrines et commerces,
  • Matérialiser l’ensemble des places de stationnements et en créer d’autres,
  • Améliorer la signalisation et, entre autres, les indications des parkings proches (ex : le plus récent derrière les écoles),
  • Améliorer l’éclairage public des rues et celui de la halle.

 

Une réflexion devrait aussi se faire afin de :

  • créer un espace de terrasse protégée pour le café.
  • réaliser un passage protégé et surélevé devant le magasin coccinelle. Cette surélévation permettant ainsi de sécuriser les traversées piétonnes et d’éviter un trottoir largement en dévers.

Route de Dieppe

Le constat des riverains :

Tous les riverains rencontrés témoignent de façon presque unanime d’une vitesse excessive sur cet axe. (notamment en sortie d’agglomération)

Certains professionnels exerçants dans cette rue évoquent aussi :

  • des trottoirs manquants de leur coté, rendant dangereux leur accès par les piétons,
  • le manque d’éclairage notamment vers les établissements scolaires (MFR et école élémentaire) rend la visibilité trop faible,

Les propositions des riverains :

  • la mise en place de coussins berlinois,
  • l’installation d’un radar fixe et pas un simple « radar de courtoisie »,
  • la mise en place de chicanes,
  • des aménagements paysagés ou du stationnement d’un coté de la route sont aussi évoqués pour limiter la vitesse,

Synthèse du groupe de travail

L’absence de changement significatif d’environnement à l’entrée du bourg par cette rue cause une décélération des véhicules de façon trop tardive.

Les trottoirs larges et éloignés de la circulation permettent de sécuriser les déplacement piétons mais contribuent à l’excès de vitesse.

Il a été constaté par le groupe de travail qu’un simple véhicule stationné sur le bord de rue, à l’entrée de la rue, entrainait une baisse de la vitesse, sans reprise une fois l’obstacle passé.

Ainsi, un simple rétrécissement de voie de passage ou une simple chicane en sortie de rue, permettrait de « casser la vitesse » dans cette rue.

Une sécurisation du passage piéton utilisé par les élèves de la MFR serait à envisager.

 

CONCLUSION

En l’état d’avancement du travail, il est primordial de pouvoir constater, sur le terrain, les répercussions des aménagements proposés.

Le groupe de travail sollicite donc la municipalité afin de procéder à des essais réels dans les rues pour aboutir à une proposition plus détaillée, affinée, confrontée à la réalité de la circulation quotidienne.

Elle l’incite également à prendre en compte les propositions les plus simples, peu couteuses et pouvant être rapidement mises en œuvre (ex : pause de panneaux, signalisation au sol…).

Le groupe rappelle la nécessaire volonté pour voir aboutir ce travail et précise que pour ce faire la municipalité peut se faire aider par un bureau d’étude spécialisé tel que le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de l’Oise (CAUE 60).

Le groupe préconise donc que ce point soit inscrit dans les futurs débats budgétaires.

 

https://songeons-ensemble.org/wp-content/uploads/2016/02/IMG_20160220_121134-2-1-1024x773.jpghttps://songeons-ensemble.org/wp-content/uploads/2016/02/IMG_20160220_121134-2-1-150x150.jpgContributeur pour l'associationL'associationPublications de l'associationRELAIS D’INFORMATIONSATELIER,groupe travail,route,trottoirsLe groupe de travail : Le groupe de travail de l’atelier « routes et trottoirs » à l’initiative de l’Association Songeons Ensemble est constitué d’élus, de membres de l’association Songeons Ensemble et de riverains : Mme CAILLEUX Murielle, Mme CHAUMEIL Sophie, , Mme DESHAYES Isabelle, Mme GAMICHON Cathy, Mme HAMONIER Pascaline, Mr JOY...